Soutenance et Mémoire

Julien Ben Chaba : Du Miroir à l’Hybris

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’époque du virtuel a rendu actuel la réalisation de fantasmes et abstractions mentales au travers de la technologie. Les folies du virtuel peuvent sembler comme un moindre mal face aux violences banales d’un monde qui n’en fini pas de se dissoudre. Le virtuel, anesthésiant et sublime, fait face à un monde schizophrénique où la chair est vécu comme une violence. Le mariage avec la machine devient un idéal à la fois esthétique et politique. A force de dédoublement et d’hybridation, de blasphèmes athées et de déplacements, l’on en vient à se dire que si tout cela n’est vraiment qu’un rêve alors comme Alice qui chute dans le terrier du lapin blanc que « tomber ne fait pas le moindre mal » alors l’on peux bien chuter, même si le rêve ressemble bien plus à celui de Lili que Ryū Murakami nous livre dans La guerre commence au-delà de la meret alors la chute serait sanglante et crépusculaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s